logo

Le polyhydramnios est une affection pathologique qui se traduit par une accumulation excessive de liquide amniotique dans l'utérus pendant la grossesse.

Le volume de liquide amniotique ou amniotique change pendant la grossesse, par exemple, dans la dixième semaine, leur quantité ne doit pas dépasser 30 ml, dans la quatorzième - 100 ml, et au cours du dernier trimestre, le volume de liquide amniotique varie dans la plage de 1000 à 1500 ml. En cas de dépassement de ces normes pour la quantité de liquide amniotique, des polyhydramnios surviennent pendant la grossesse.

Dans la pratique médicale, des polyhydramnios aigus et chroniques se produisent, tout dépend de la gravité. Par exemple, avec un faible degré de polyhydramnios, l'excès de liquide dans l'utérus est négligeable, mais si le volume d'eau est significativement plus élevé que la normale, nous parlons de polyhydramnios sévères.

Il est conseillé aux femmes enceintes avec un diagnostic de polyhydramnios d'être sous surveillance médicale continue pour éviter le développement de complications graves. Si, avec ce diagnostic, la femme n'a pas montré de troubles circulatoires et respiratoires, les spécialistes tenteront de maintenir la grossesse jusqu'au processus d'accouchement naturel, sinon elle sera résolue prématurément, car elle représente une menace pour la vie de la femme.

Le traitement de cette pathologie est effectué en tenant compte de la gravité de l'état de la future mère. Si une anomalie similaire chez une femme enceinte n'est pas très prononcée, elle peut disparaître d'elle-même et sans l'intervention de médecins.

Dans le traitement des polyhydramnios sévères et aigus, une amniotomie (ou ouverture de la vessie fœtale) est souvent prescrite, ce qui vous permet de drainer l'excès de liquide amniotique.

Symptômes de polyhydramnios.
Les symptômes de la manifestation d'une telle pathologie de la grossesse peuvent être très différents, principalement en raison de la pression de l'utérus élargi sur les organes voisins. Par exemple, dans les polyhydramnios aigus, dont les cas sont assez rares et qui surviennent principalement aux premiers stades de la grossesse, il y a une augmentation rapide du volume de liquide amniotique, une lourdeur apparaît dans l'abdomen et son augmentation rapide de taille. Dans ce cas, la femme enceinte peut ressentir des douleurs aiguës au bas du dos et du périnée, un gonflement des membres inférieurs, de la vulve et de la paroi abdominale, un essoufflement ou un essoufflement, une diminution de la miction. De plus, la femme enceinte a une augmentation de la pression artérielle et, de plus, il est difficile d'écouter le rythme cardiaque fœtal et de le sentir avec les doigts.

Les polyhydramnios chroniques se manifestent dans la plupart des cas au troisième trimestre de la grossesse. Je dois dire que les symptômes dans ce cas sont moins prononcés qu'avec un degré aigu de polyhydramnios: la taille de l'abdomen augmente progressivement, permettant à la femme de s'y adapter. Cependant, il convient de noter que dans ce mode de réalisation, il existe diverses maladies de la mère pendant la grossesse. Il s'agit notamment du diabète sucré, des maladies bactériennes ou infectieuses, des maladies rénales et cardiovasculaires subies par la future mère.

Raisons des polyhydramnios.
Il arrive souvent que les causes des polyhydramnios restent obscures. Mais les causes les plus courantes de cette condition sont:

  • pathologies congénitales dans le développement du fœtus qui affectent le développement du tractus gastro-intestinal, des reins ou du cœur, du système nerveux central de l'enfant;
  • écarts dans la nature chromosomique d'un enfant;
  • grossesse avec des jumeaux identiques, au cours de laquelle un fœtus a beaucoup d'eau et l'autre a peu d'eau;
  • diabète sucré, pyélonéphrite, troubles métaboliques et hydriques dans le corps;
  • maladies du système cardiovasculaire;
  • anémie fœtale;
  • le conflit rhésus du sang de la mère et de l'enfant (la mère a un facteur rhésus négatif et le père positif);
    infections (rubéole, cytomégalovirus);
  • les maladies bactériennes ou infectieuses transmises par la femme enceinte avant la conception ou pendant la grossesse;
  • tumeur placentaire.

Complications des polyhydramnios:
  • infections des voies urinaires;
  • position incorrecte du fœtus dans la cavité utérine, ce qui nécessite une césarienne;
  • augmentation de la pression artérielle;
  • croissance pathologique du fœtus;
  • rupture prématurée de la vessie fœtale avec écoulement de liquide amniotique;
  • prolapsus du cordon ombilical;
  • naissance prématurée;
  • exfoliation prématurée du placenta;
  • enfants mort-nés;
  • risque élevé d'hémorragie post-partum en raison d'une faible contractilité de l'utérus.

Plus les polyhydramnios se développent tôt, plus le niveau de liquide accumulé dans l'utérus est élevé et plus la probabilité de complications est élevée.

Diagnostic polyhydramnios.
Le diagnostic de cette condition pathologique pendant la grossesse est effectué sur la base des plaintes d'une femme. Pour poser un diagnostic, une échographie du fœtus est prescrite, dans laquelle la quantité de liquide amniotique est déterminée et "l'indice amniotique" est calculé. Si l'indicateur obtenu dépasse la norme, polyhydramnios est mis.

En outre, le médecin peut prescrire des études supplémentaires:

  • Procédure d'amniocentèse, dans laquelle des échantillons de liquide amniotique contenant des cellules fœtales sont prélevés pour analyse.
  • Une analyse de l'absorption du glucose, qui est un test de dépistage pour déterminer le diabète gestationnel (survenant pendant la gestation). La femme reçoit du sirop à boire, et après une demi-heure, elle prélève du sang pour analyse afin de déterminer le niveau de glucose. Si le taux de sucre dans le sang dépasse les normes autorisées, un test supplémentaire d'assimilation du glucose est effectué, qui révèle la présence ou l'absence de diabète gestationnel.
  • Une analyse biochimique du sérum sanguin d'une femme enceinte, qui détermine les niveaux de substances associées à certaines malformations congénitales.
  • Caryotypage ou analyse de la qualité et de la quantité de chromosomes pour les 23 paires de chromosomes. Pour l'analyse, des échantillons de liquide amniotique ou de placenta sont prélevés, qui sont prélevés pendant l'amniocentèse ou la biopsie chorionique.

Polyhydramnios chez les femmes enceintes.
L'efficacité du traitement dépend directement de l'établissement et de l'élimination des causes du développement des polyhydramnios, pour lesquelles le spécialiste prescrit certains examens:
  • Échographie du fœtus et dopplerographie (avec son aide, les vaisseaux sanguins, le fœtus, l'utérus et le cordon ombilical sont examinés), dans lesquels l'état de l'utérus et du fœtus, ainsi que le flux sanguin dans le placenta sont établis.
  • CTG (cardiotocographie) du fœtus, afin d'évaluer l'état général.
  • Test sanguin pour une infection intra-utérine.
  • Un test sanguin et un frottis pour les infections sexuellement transmissibles (chlamydia, mycoplasmes, ureaplasma).
  • En présence d'un facteur Rhésus négatif, une femme en position doit subir un test sanguin d'anticorps.

Compte tenu des causes et de la gravité de cette pathologie, un traitement approprié est prescrit. Ainsi, dans le cas des polyhydramnios non exprimés et des polyhydramnios de gravité modérée, un traitement médicamenteux est utilisé, à la fois en ambulatoire (léger) et en milieu hospitalier (avec des polyhydramnios de gravité modérée). Dans ce cas, la grossesse persiste jusqu'à son achèvement physiologique naturel (accouchement) avec un traitement continu. En règle générale, les femmes se voient prescrire des antibiotiques (sauf la tétracycline), des diurétiques (diurétiques), des vitamines (hypothiazide, vitamines B), un traitement immunomodulateur. De plus, à la 24-38 semaine de grossesse, une femme se voit prescrire de l'indométacine. Si les mesures prises n'apportent pas de résultat positif et que les polyhydramnios continuent de se développer, se transformant en un degré sévère, alors que tous les signes de souffrance intra-utérine du fœtus sont visibles, dans la plupart des cas, la grossesse est autorisée avant la date prévue. En cas de travail faible, un traitement approprié est également utilisé (les médicaments sont utilisés au plus tôt deux heures après la décharge du liquide amniotique).

Comment soulager la condition avec des polyhydramnios seuls?
Avec la dyspnée, vous devez vous détendre davantage, éviter les ascensions au sol sans ascenseur, faire toutes les tâches ménagères à la hâte.

Avec brûlures d'estomac sur fond de pression utérine sur l'estomac:

  • doit être consommé en petites portions aussi souvent que possible;
  • ne mangez pas la nuit et mangez juste avant le coucher;
  • vous devez abandonner les aliments et les boissons qui les provoquent (aliments gras, boissons gazeuses, etc.);
  • mettez des oreillers sous votre dos avant le coucher (pour former une position allongée);
  • selon les indications du médecin, prendre des antiacides.

Si de nouveaux symptômes apparaissent ou s'aggravent, vous devez immédiatement appeler un médecin.

L'effet des polyhydramnios sur l'état d'une femme enceinte.

  • Sentiments de douleur et d'inconfort.
  • Complications du processus de travail: faibles contractions, décollement précoce du placenta, saignements excessifs avec distension utérine excessive.
  • Complications pendant la période de récupération.

L'effet des polyhydramnios sur le fœtus.
  • L'émergence de divers défauts et pathologies dans le développement du fœtus.
  • Décès périnatal.
  • Asphyxie du fœtus au cours du travail qui s'affaiblit, affectant négativement l'état général du bébé et son système nerveux central.

La prévention.
Le polyhydramnios pendant la grossesse est un phénomène assez grave, même dans le cas d'une pathologie légère, car il indique la présence de troubles pendant la grossesse, certaines maladies qui peuvent gravement nuire à la santé des femmes et des enfants. Par conséquent, il est important de prendre des mesures préventives pour empêcher le développement de ce phénomène. Celles-ci, tout d'abord, comprennent divers examens qui aideront à identifier en temps opportun les facteurs contribuant au développement des polyhydramnios. Il est également recommandé de respecter un certain régime alimentaire, de consommer une certaine quantité de liquide, le plus souvent d'être à l'air frais, de faire des promenades. Et surtout, suivez strictement les recommandations du médecin qui mène la grossesse, prenez toutes les vitamines et les médicaments prescrits, ainsi que suivez les procédures prescrites. Les polyhydramnios identifiés au stade initial de développement peuvent être traités facilement, rapidement et efficacement sans nuire à la santé de la mère et du fœtus.

Les polyhydramnios prononcés et les gros foetus ou les polyhydramnios relatifs avant la naissance sont une pathologie ou une caractéristique de la grossesse

Les raisons du développement de polyhydramnios pendant la gestation. Complications pathologiques.

Causes de Polyhydramnios pendant la grossesse

À la 35-36 semaine de gestation, une femme peut avoir une sensation de fatigue, un pouls s'accélère, un essoufflement se développe et les jambes gonflent.

Dans certaines situations, ces symptômes peuvent indiquer une grossesse normale, mais ils indiquent parfois la présence de polyhydramnios.

Qu'est-ce que les polyhydramnios pendant la grossesse?

Le polyhydramnios pendant la grossesse est une affection caractérisée par une accumulation excessive de liquide amniotique dans la cavité utérine.

La fonction principale du liquide amniotique est la protection du bébé contre divers types de blessures et d'infections. Un enfant avale ce liquide quotidiennement, après quoi il est excrété sous forme d'urine. Mais dans certaines situations, ce processus est perturbé, ce qui entraîne une augmentation du liquide amniotique.

Raisons de manifestation à différents moments

La présence de polyhydramnios à différentes périodes de gestation se produit pour diverses raisons. Mais il convient de noter que les causes complètes de cette pathologie n'ont pas été identifiées. Dans 30% des cas, des polyhydramnios "d'origine inconnue" sont diagnostiqués.

1 trimestre

Les raisons du développement des polyhydramnios au 1er trimestre:

  • la présence de maladies de nature infectieuse (rubéole, ureaplasmose, chlamydia) - dans 60% des cas;
  • dysfonctionnement des membranes;
  • grossesse multiple, en particulier en présence de jumeaux identiques.

2 trimestres

Les causes les plus courantes de polyhydramnios au deuxième trimestre sont les suivantes:

  • obstruction gastro-intestinale;
  • maladies neuromusculaires de nature congénitale;
  • maladies cardiovasculaires;
  • Diabète;
  • syphilis.

3 trimestre

Au troisième trimestre, la pathologie décrite peut se développer pour les raisons déjà indiquées, mais les éléments suivants sont également ajoutés à leur liste:

  • troubles placentaires;
  • la présence d'un conflit rhésus entre la future mère et le bébé - provoque des polyhydramnios dans 95% des cas;
  • maladie du rein
  • grande taille du fœtus;
  • pathologies dans le développement du bébé.

Polyhydramnios

Aujourd'hui, il existe plusieurs degrés de développement des polyhydramnios, caractérisés par la présence de leurs propres symptômes.

Facile

Il se caractérise par la présence de liquide amniotique, jusqu'à 3 litres. L'état général de la femme est satisfaisant, une lourdeur peut être ressentie, des douleurs mineures dans l'abdomen sont présentes. Faiblesse observée.

Moyenne

Le volume de liquide amniotique varie de 3 à 5 litres. Une femme se sent faible tout le temps, même avec le moindre effort physique, l'essoufflement se développe, le pouls s'accélère fortement, il y a un gonflement dans les membres inférieurs et les lèvres.

Lourd

Le volume de liquide amniotique dépasse 5 litres, le plus souvent observé au 3e trimestre. Il y a des "gargouillements" ou des "étouffements" dans l'abdomen, de nombreuses vergetures grossières se forment, l'utérus est considérablement agrandi, la quantité d'urine excrétée par jour est réduite.

Polyhydramnios relatifs

Les polyhydramnios relatifs sont une condition qui n'est pas nocive pour la santé de la future mère et du fœtus, mais ce n'est qu'en l'absence de toute infection. Dans la plupart des cas, survient lorsqu'il y a un gros fœtus.

Frontière

Ce type de pathologie est souvent appelé tendance aux polyhydramnios. Le volume de liquide amniotique est à la frontière entre normal et élevé.

Polyhydramnios prononcés et gros fruits

Elle se caractérise par une augmentation rapide de la taille de l'abdomen enceinte. La femme ressent l'activité du fœtus, il y a des sensations douloureuses dans la région lombaire et le périnée.

Comment diagnostiquer

Le médecin peut soupçonner la présence de polyhydramnios lors d'un examen programmé du patient, les facteurs suivants indiquent la présence d'une pathologie:

  • tailles de l'abdomen qui ne correspondent pas à l'âge gestationnel;
  • position fœtale incorrecte;
  • présence d'un rythme cardiaque sourd.

Parallèlement au passage de l'échographie, un certain nombre d'études sont en cours:

  • sang pour sucre - pour détecter ou réfuter la présence de diabète;
  • écouvillon du vagin;
  • PCR;
  • analyses sanguines générales et urine;
  • sang pour les anticorps - ne donne que si la femme a un Rh négatif;
  • Dopplerométrie - réalisée pour analyser l'état du fœtus.

Est-il possible de déterminer indépendamment?

Sans échographie, il est impossible de détecter la présence de polyhydramnios. Une femme ne peut que soupçonner la présence d'une telle pathologie, mais en présence des symptômes suivants, vous devez contacter immédiatement un médecin: douleur dans l'abdomen et gonflement excessif des jambes.

Est-il possible de traiter les remèdes populaires?

Si une femme a reçu un diagnostic de polyhydramnios, à partir de ce moment, elle doit constamment être sous la surveillance du médecin traitant. En conséquence, pendant cette période, des médicaments sont pris, mais des médicaments alternatifs peuvent également être utilisés comme traitement auxiliaire, surtout, consultez d'abord un médecin.

Pour éliminer l'excès de liquide du corps, il vaut la peine de consommer autant de boissons aux airelles et aux fraises que possible, si sous forme pure ces boissons sont fortement acides, il est alors permis de les diluer avec de l'eau. Vous pouvez boire à la fois du jus de fruits et le faire cuire de vos propres mains, pour cela, les manipulations suivantes sont effectuées:

  • 200 ml de canneberges ou de canneberges sont versés avec un litre d'eau;
  • le mélange est placé sur la cuisinière, cuit à feu doux pendant 2 heures;
  • il est recommandé d'utiliser réfrigéré.

Le persil est un remède assez utile pour l'œdème:

  • la plante est broyée dans un mélangeur, puis remplie d'eau dans un rapport de 2: 1;
  • laisse dans un endroit chaud pendant 7 heures, après quoi il est filtré et le jus d'un citron est ajouté;
  • consommé 3 fois par jour avant les repas 100 ml, prise de cours 3-5 jours.

De l'œdème, une décoction de persil et de citron aidera également à:

  • 800 grammes de persil sont prélevés, lavés soigneusement, puis bouillis avec de l'eau bouillante;
  • la plante est finement hachée, placée dans une casserole et remplie de lait, toutes les feuilles doivent être complètement recouvertes;
  • le mélange est placé dans le four, le lait doit bouillir, mais pas complètement s'évaporer;
  • le bouillon résultant est filtré et consommé dans la quantité de 1-2 cuillères à soupe toutes les heures.

L'aneth est un autre produit qui a un effet diurétique et qui peut se débarrasser de l'enflure dans les plus brefs délais. Pour préparer un médicament à partir de celui-ci, les manipulations suivantes sont effectuées:

  • une cuillère à soupe de graines est versée avec 100 ml d'eau bouillante;
  • le remède est infusé pendant une heure;
  • consommé 3 fois par jour 30 minutes avant les repas.

S'il y a un thermos dans la maison, le médicament à base d'aneth peut être préparé selon cette recette:

  • une cuillerée de graines est versée avec 300 ml d'eau bouillante et infusée pendant plusieurs heures;
  • le médicament est utilisé dans un volume de 200 ml le matin et le soir, la durée d'administration est de 21 jours.

Un autre outil efficace pour éliminer l'enflure pendant les polyhydramnios pendant la grossesse est les abricots secs. Il est versé avec de l'eau bouillante, après quoi l'infusion résultante est prise chaque matin avant de manger.

Que dit la médecine?

Les médicaments qui seront utilisés pour le traitement des polyhydramnios dépendent de la cause qui a provoqué le développement de la pathologie.

Si la cause des polyhydramnios était le diabète gestationnel, le traitement de la maladie consiste à réguler le niveau de glucose dans le sang. Lorsque le problème est l'incompatibilité des facteurs Rh, un traitement est effectué visant à prévenir l'apparition d'une maladie hémolytique chez un enfant.

Mais le plus souvent, la cause de la survenue de polyhydramnios n'est pas détectée, alors le traitement consiste à normaliser le flux sanguin utéro-placentaire, et de tels groupes de médicaments sont prescrits:

  • antispasmodiques - Nosh-pa;
  • agents antiplaquettaires - Trental;
  • tocolithics - Partusisten;
  • complexes de vitamines - groupe B, E, C.

Un médicament tel que l'indométacine en comprimés est très efficace. Peu importe si une infection a été détectée, les femmes enceintes se voient prescrire des médicaments antibactériens qui font partie du groupe des macrolides.

Dans un certain nombre de cas, avec un degré sévère de polyhydramnios, une amniocentèse est réalisée, dont la particularité est de percer la paroi abdominale, d'insérer une aiguille dans la cavité utérine et de collecter l'excès de liquide.

La prévention

Il est beaucoup plus facile de prévenir le développement de polyhydramnios que de se débarrasser de la maladie plus tard..

Par conséquent, les manipulations préventives doivent être effectuées sans échec, qui consistent à observer le régime quotidien, une bonne nutrition et à maintenir un mode de vie sain. Cela vaut la peine de protéger votre corps autant que possible contre divers types d'inflammations et d'infections..

Il est obligatoire de consulter régulièrement un gynécologue, cela vous permettra d'identifier en temps opportun une pathologie, avant même son passage à un stade sévère.

Si vous ne prenez aucune mesure visant à protéger le corps, il existe une forte probabilité de développement de polyhydramnios, ce qui entraînera les complications suivantes:

  • dans 28% des cas, une fausse couche se produit;
  • 36% des femmes enceintes souffrent de vomissements réguliers;
  • 6,5% sont diagnostiqués avec une position fœtale incorrecte;
  • une forte probabilité de développer une insuffisance placentaire, qui provoque l'apparition d'une forme chronique d'hypoxie et, par conséquent, la mort fœtale;
  • des violations de la formation du système nerveux central du bébé et de son tractus gastro-intestinal se développent;
  • si la cause de la maladie est une infection, le fœtus peut être infecté;
  • dans 38% des cas, des saignements se produisent;
  • 5 à 20% des femmes enceintes développent une gestose tardive;
  • accouchement prématuré;
  • pendant le travail, les bras ou les jambes du fœtus, le cordon ombilical peut tomber;
  • à la suite de l'étirement excessif de l'utérus, un travail sévère est observé.

Les femmes enceintes doivent comprendre que le polyhydramnios est une pathologie grave qui nécessite un traitement immédiat. Si la maladie n'est pas détectée en temps opportun, les prévisions sont décevantes et la probabilité d'interruption de grossesse est élevée. Par conséquent, ne tardez pas à vous rendre chez le médecin.

Polyhydramnios

Le polyhydramnios est l'une des pathologies de la grossesse, une quantité excessivement importante de liquide amniotique, également appelée amniotique (l'amnion est l'une des membranes embryonnaires, amniotique ou une membrane aqueuse du fœtus dans l'utérus).

Le liquide amniotique ou amniotique est le liquide dans lequel le fœtus est immergé dans l'utérus, le protégeant du stress mécanique, des infections, des substances toxiques, et fournissant également des nutriments et de l'oxygène. La quantité de liquide amniotique dépend de l'âge gestationnel. A 10 semaines, elle est d'environ 30 ml, à 14 semaines - 100 ml, à 38 semaines - de 1 à 1,5 litre. Lorsque le volume de liquide amniotique dépasse 1,5 litre, nous parlons de polyhydramnios.

Des polyhydramnios pendant la grossesse sont observés dans 0,6 à 1% des cas. En raison de la quantité excessive de liquide amniotique, l'utérus se développe trop, comprime les organes adjacents, soulève le diaphragme, rendant ainsi la respiration plus difficile et altérant la circulation sanguine. L'utérus lui-même est en hypertonie, bien qu'il puisse par la suite devenir atonique. Cette condition nécessite une évaluation et une observation médicale minutieuse, car elle peut entraîner un certain nombre de complications, tant pour la mère que pour le fœtus..

Synonymes: hydramnion, polyhydramnion.

Causes des polyhydramnios et facteurs de risque

Les polyhydramnios peuvent survenir pour des raisons liées au corps de la mère ou pour des raisons liées aux pathologies fœtales. Il y a une combinaison de plusieurs raisons, et dans certains cas, il n'est pas possible d'établir pourquoi l'hydramnion s'est développé, alors il est appelé idiopathique.

Les causes les plus courantes de polyhydramnios:

  • grossesse multiple;
  • Diabète;
  • maladie cardiaque ou rénale chez la mère;
  • anomalies dans le développement du fœtus (cerveau et moelle épinière, tractus gastro-intestinal, voies urinaires, anomalies chromosomiques avec lésions associées);
  • infections chez le fœtus, maladies infectieuses de la mère avant la conception ou pendant la grossesse (herpès, cytomégalovirus, rubéole, toxoplasmose);
  • anémie du fœtus, en particulier anémie hémolytique due à un conflit rhésus.

Les facteurs de risque qui augmentent la probabilité de développer une pathologie comprennent:

  • gros fruits;
  • altération de la fonction de déglutition du fœtus;
  • violation de la fonction excrétrice du fœtus;
  • maladies chroniques du système cardiovasculaire et urinaire chez la mère.

Il existe deux types de pathologie - hydramnion aiguë et chronique.

Aigu

Elle se caractérise par le fait qu'en une journée, et parfois sur une période plus courte, une augmentation soudaine et rapide du volume de liquide amniotique se produit, qui se manifeste par une forte augmentation du volume de l'abdomen. Des douleurs abdominales croisées apparaissent, un essoufflement, la santé générale peut empirer. Le rythme cardiaque fœtal est mal audible. En raison de l'augmentation significative et rapide du volume de liquide amniotique, une rupture utérine peut survenir - l'une des complications les plus graves de la grossesse.

Chronique

Dans ce cas, le volume de liquide amniotique augmente progressivement et, en raison d'un développement lent, il est parfois difficile à diagnostiquer. Il se développe à la fin de la période de gestation, généralement en raison de maladies de la mère - infections des voies génitales, pathologie rénale. Avec les polyhydramnios chroniques, une femme éprouve un inconfort constant, bien que souvent pas trop prononcé, et cela peut être la seule manifestation de la pathologie. Néanmoins, les menaces qui pèsent sur la mère et l’enfant, cette espèce ne sont pas.

Les polyhydramnios peuvent être modérés lorsque la quantité de liquide amniotique en excès est faible. Dans ce cas, toutes les manifestations cliniques, en règle générale, sont absentes, et il y a toutes les chances d'une grossesse normale avec un accouchement sans risque pour un bébé à terme, cependant, dans ce cas, la femme doit être sous étroite surveillance médicale.

Symptômes

Au cours des dernières semaines de grossesse, une femme peut commencer à ressentir une tension constante dans la zone de l'utérus élargi, tandis que le fœtus montrera des signes d'anxiété et de détresse, se manifestant par une mobilité excessive.

Les manifestations de polyhydramnios peuvent être:

  • douleur abdominale, une sensation de lourdeur est plus importante que ce qui est typique pour une période de gestation donnée;
  • inconfort général, aggravé par le mouvement;
  • gonflement des extrémités, particulièrement fort - inférieur (chevilles, pieds);
  • augmentation soudaine de la fréquence cardiaque;
  • l'inadéquation de la taille de l'utérus à l'âge gestationnel, la hauteur du fond utérin au-dessus du sein augmente par rapport aux indicateurs normaux;
  • le volume de l'abdomen est supérieur à 100 cm (ce chiffre est conditionnel, car le physique de la femme doit être pris en compte);
  • fatigue, faiblesse;
  • l'apparition d'un essoufflement avec une légère charge (due à la montée du diaphragme);
  • bruits de gargouillis dans l'abdomen (fluctuation);
  • consistance de l'utérus élastique serré (estomac dur);
  • l'apparition d'un grand nombre de vergetures sur la peau de l'abdomen.

L'apparition de l'un de ces signes, et en particulier de plusieurs d'entre eux, nécessite une consultation extraordinaire avec un obstétricien-gynécologue et une échographie non planifiée (échographie).

Diagnostique

En plus d'établir un diagnostic de polyhydramnios, un examen de la femme enceinte et du fœtus est nécessaire afin de détecter une cause possible de l'état pathologique. Les mesures diagnostiques comprennent:

  • mesure de l'AFI (indice de liquide amniotique, indice de liquide amniotique, IAI) à l'aide d'ultrasons - la norme est considérée comme un indicateur à moins de 8 à 18 cm et l'AFI à 24 à 25 cm et au-dessus indique des polyhydramnios;
  • échographie complexe;
  • amniocentèse diagnostique et caryotypage (avec polyhydramnios confirmé);
  • cardiotocographie;
  • dopplerométrie;
  • tests cliniques de sang et d'urine, un test sanguin pour le glucose et les anticorps Rh;
  • frottis sur la flore, test sanguin sérologique (afin d'identifier un agent infectieux suspect).

En fonction des résultats des principales études, des.

Traitement

L'objectif principal du traitement est de réduire la quantité de liquide amniotique à la normale et d'améliorer l'état du fœtus. Ceci est réalisé, si possible, en évitant l'élimination directe de l'excès de liquide de la cavité utérine (amnioreduction, amniodrainage), qui n'a lieu que dans les cas graves, car l'amnioreduction est associée à un risque de détérioration du fœtus, d'interruption de grossesse.

Si, après le diagnostic, il est possible d'identifier la cause des polyhydramnios, les principaux efforts des médecins sont dirigés vers son élimination (compensation du diabète sucré, normalisation de l'activité cardiaque et de la pression artérielle, etc.).

Le traitement des polyhydramnios légers à modérés peut être effectué en ambulatoire, une hospitalisation est nécessaire pour le traitement de la pathologie sévère.

Selon le témoignage peut s'appliquer:

  • thérapie vitaminique (vitamines C, E, groupe B);
  • thérapie antibactérienne (les antibiotiques dont l'utilisation est acceptable pendant la grossesse sont sélectionnés);
  • diurétiques (furosémide);
  • médicaments améliorant l'apport sanguin au placenta et à l'utérus (Curantil, Actovegin).

Amireduction

L'élimination de l'excès de liquide amniotique est effectuée par amniocentèse - une ponction soigneuse de l'amnios (vessie fœtale) avec une aiguille de ponction, à laquelle le système de drainage est connecté. La quantité de liquide retiré peut être différente, selon que le polyhydramnion est aigu ou chronique, ainsi que l'état du fœtus. Dans le cas où pendant l'amniodrainage une grande quantité de liquide en excès est retirée une fois, l'amniodrainage agressif est dit agressif, mais si la procédure est effectuée plusieurs fois avec l'élimination d'une petite quantité de fluide à chaque fois, l'amniodrainage est appelé en série. La nécessité d'un amniodrainage agressif est moins courante..

Bien que la réduction des effets soit considérée comme une procédure simple, elle peut entraîner des complications dangereuses, dont la femme qui y est exposée doit être informée:

  • rupture de la coquille d'eau;
  • infection fœtale;
  • traumatisme du fœtus pendant l'amniocentèse;
  • traumatisme aux organes abdominaux d'une femme enceinte (vessie, intestins);
  • rupture du placenta;
  • accouchement prématuré.

Lors de la réalisation d'une réduction par un spécialiste expérimenté dans le respect de toutes les règles aseptiques, la probabilité de développer des complications est extrêmement faible.

Si la procédure est répétée à la toute fin de la période de gestation, elle peut être utilisée pour stimuler le début du travail.

Le traitement se poursuit jusqu'à ce que le fœtus soit stabilisé et que le volume de liquide amniotique diminue.

Dans de rares cas très graves où les polyhydramnios menacent la vie d'une femme, ils ont recours à l'avortement, quel que soit leur âge gestationnel.

Complications et conséquences possibles des polyhydramnios

Le polyhydramnion est l'une des causes de divers troubles du développement de l'enfant. Le processus d'accouchement est également compliqué, de faibles contractions, un décollement prématuré du placenta et des saignements peuvent se développer. La récupération du corps d'une femme après la grossesse, compliquée par des polyhydramnios, nécessite plus de temps.

Début prématuré du travail

L'accouchement est considéré comme prématuré, à partir de 22 à 37 semaines de gestation. Il comporte un risque grave pour le fœtus, qui est le plus élevé, le moins de grossesse à terme.

Rupture prématurée de l'amnios

La rupture des membranes ne permet pas de maintenir la grossesse, entraînant une naissance prématurée.

Position fœtale incorrecte, enchevêtrement du cordon ombilical

En raison de trop d'espace libre dans la cavité utérine et de la mobilité, le fœtus prend souvent la mauvaise position, ce qui complique l'accouchement et peut également entrelacer le cordon ombilical. L'enchevêtrement du cordon ombilical comporte un risque d'hypoxie à l'accouchement.

En raison de la perte du cordon ombilical, il est pincé, ce qui entraîne une hypoxie fœtale.

Une condition dans laquelle l'utérus perd sa capacité à se contracter. Violent le travail, comportent un risque élevé de saignement.

Insuffisance respiratoire maternelle

Elle conduit au développement de l'hypoxie et des risques qui y sont associés tant chez la mère que chez le fœtus, ce qui peut, à son tour, entraîner un certain nombre de complications dangereuses.

Dans certains cas, l'enfant ne peut pas être sauvé. Le risque est plus élevé si un polyhydramnios idiopathique est diagnostiqué.

Prévoir

Dans la plupart des cas, le polyhydramnios est léger ou modéré, et à condition que la femme enceinte soit sous la surveillance d'un obstétricien-gynécologue (examen au moins 1 fois par semaine) et remplisse toutes les recommandations, le pronostic est favorable. Les complications graves, y compris la mort fœtale, sont rares. Le pronostic empire si une femme enceinte est privée de surveillance médicale.

La prévention

Les mesures pour prévenir les polyhydramnios comprennent l'enregistrement en temps opportun d'une femme enceinte pour les dossiers obstétriques, son alimentation équilibrée, le maintien d'un régime hydrique optimal, une activité physique suffisante (la marche quotidienne à l'air frais est particulièrement utile), le respect de toutes les recommandations médicales.

Vidéo

Nous vous proposons de regarder une vidéo sur le sujet de l'article.

Polyhydramnios en fin de grossesse

Les futures mères peuvent rencontrer le problème d'augmenter la quantité de liquide amniotique à tout moment, cependant, les plus grandes inquiétudes chez les médecins sont causées par les polyhydramnios pendant la grossesse dans les stades ultérieurs. Tu sais pourquoi?

Il s'avère qu'à ce moment, la pathologie est capable de provoquer, au mieux, une naissance prématurée, et au pire - des saignements pendant le travail, ou même de mettre en danger la santé et la vie du bébé. Et après tout, il peut être évité et identifié indépendamment, surtout, pour savoir comment.

Ce que c'est

Le bébé dans l'utérus est entouré de liquide amniotique. Il remplit plusieurs fonctions à la fois: il protège, assure la liberté de mouvement, participe aux processus métaboliques et est également responsable du développement des compétences de base du fœtus (déglutition, motricité). Ils disent que ça sent le lait, et cela explique comment un nouveau-né trouve les seins si rapidement.

Par nature, il est conçu que ce fluide soit régulièrement mis à jour. C'est pourquoi son volume est différent pour différentes périodes:

  • à 10 semaines, il est d'environ 10 ml;
  • dans 14 - 100 ml;
  • dans 21 - 22 - 400 ml;
  • dans 30 - 32 - 700 ml;
  • en 37 - 38 - jusqu'à 1500 ml (c'est le chiffre maximum);
  • en 39 - 40 - environ 800 ml.

C'est l'idéal. Et si le volume dépasse largement la norme, mettez des polyhydramnios. En règle générale, ce sont les médecins qui s'inquiètent d'un excès significatif - de 1,5 à 2 fois. La chose la plus intéressante est que la médecine moderne distingue plusieurs types de polyhydramnios, faisant parfois un diagnostic limite qui ressemble à une "tendance vers les polyhydramnios". En d'autres termes, il n'y a pas encore de pathologie, mais le risque de son développement a été identifié.

Comment suspecter et détecter

Pour répondre à cette question, il convient de rappeler qu'il existe deux stades de polyhydramnios: aigu et chronique. De plus, les signes dans les deux cas sont les mêmes, la différence n'est que dans la vitesse de leur manifestation.

Dans le premier cas, la quantité de liquide amniotique augmente fortement et rapidement, littéralement en une journée, voire en quelques heures. Les changements sont visibles à l'œil nu, car le ventre de la femme grandit également. La situation est aggravée par l'apparition de douleurs dans le périnée, le bas du dos, un gonflement de la paroi abdominale, et enfin, une forte augmentation de la pression, à cause de laquelle le rythme cardiaque fœtal est mal audible.

Mais dans les derniers stades, ne vous inquiétez pas: les polyhydramnios aigus sont le plus souvent diagnostiqués au premier trimestre, ce qui ne peut pas être dit de chronique. C'est de lui que les futures mamans souffrent de démolition. Qu'est-ce qui se caractérise par?

  • Augmentation lente et progressive du volume d'eau.
  • En conséquence, une augmentation progressive de la taille de l'abdomen, à laquelle une femme peut même ne pas prêter attention.
  • Moins fréquemment, œdème des membres inférieurs, nausées, douleurs abdominales.

Peut également se produire:

  • la faiblesse;
  • aggravation de l'état;
  • une sensation de lourdeur dans l'estomac;
  • essoufflement.

À ce moment, vous pouvez souvent entendre des gargouillements dans l'estomac. Lui-même avec polyhydramnios atteint un volume de 100 à 120 cm, de nombreuses vergetures y apparaissent..

En suspectant ces symptômes à la maison, vous ne devez pas reporter votre consultation chez le médecin. Tout simplement parce que la condition est dangereuse non seulement pour la mère, mais aussi pour l'enfant. Mais d'abord les choses.

Pourquoi surgit

La médecine moderne peut nommer les principales raisons du développement des polyhydramnios, mais pas toutes. Dans environ 30% des cas, il n'est pas possible de comprendre pourquoi cela s'est produit. Le plus souvent, la situation survient lorsque la femme elle-même n'est pas grande (elle est petite et fragile) et que l'enfant qu'elle porte est un héros.

Mais il existe d'autres facteurs, parmi lesquels:

  • Conflit rhésus (conduit au développement d'une pathologie dans 95% des cas);
  • le diabète sucré (c'est la cause dans un cas sur trois);
  • infection intra-utérine;
  • maladies du système cardiovasculaire;
  • troubles placentaires;
  • maladie du rein
  • prééclampsie et même nausée aux stades ultérieurs;
  • grossesse multiple;
  • maladies infectieuses transférées dans une position intéressante;
  • malformations fœtales (problèmes avec le système nerveux central, diminution de la fonction excrétrice, problèmes de déglutition).

Peu de gens savent que presque avant l'accouchement, l'enfant absorbe jusqu'à 4 litres de liquide par jour, et donc quotidiennement. Mais ne vous inquiétez pas, car il est mis à jour toutes les trois heures.

Ce qui est dangereux

Les conséquences du développement des polyhydramnios peuvent être désastreuses si des mesures ne sont pas prises. Tout d'abord, la condition est dangereuse pour le bébé lui-même, qui devient maintenant plus actif et risque de s'emmêler avec le cordon..

Quoi d'autre est une condition dangereuse?

  • Le développement de la gestose tardive, si ce n'était pas le cas. Cela se produit, par exemple, si la quantité de liquide amniotique augmente de 32 à 33 semaines.
  • Naissance prématurée en raison d'un écoulement précoce de l'eau.
  • Insuffisance placentaire, qui peut provoquer une hypoxie chronique du fœtus et, par conséquent, une menace pour son développement normal.
  • Complications à la naissance.

Il a été prouvé que les polyhydramnios empêchent l'enfant de prendre la bonne position immédiatement avant l'accouchement. En conséquence, ils sont diagnostiqués avec une "présentation", avec laquelle ils sont envoyés à la césarienne, bien sûr, si la situation ne change pas.

Autres conséquences possibles:

  • Travail faible, dû à une distension utérine excessive. Dans de telles conditions, le placenta peut exfolier complètement à l'avance, ce qui entraînera le développement de saignements.
  • La perte du cordon ombilical au moment de l'accouchement ou de la poignée, des jambes de l'enfant, ce qui, d'une part, augmentera le risque de développer des blessures en lui, et d'autre part, compliquera le travail des médecins et prolongera le processus. Dans ce cas, l'asphyxie se produit parfois, ce qui pourrait à l'avenir affecter le développement mental. Les femmes à risque ont reçu un diagnostic de polyhydramnios entre 36 et 37 semaines.

Mais le pire, c'est que les polyhydramnios à tout moment, y compris à 38 - 39 semaines, peuvent provoquer l'apparition de pathologies intra-utérines, qui, au moins, menacent la santé de l'enfant, et au maximum - sa vie.

Diagnostique

Le polyhydramnios est détecté lors d'une échographie supplémentaire, où le médecin définit l'indice amniotique, c'est-à-dire le volume de liquide.

Il existe des normes pour différents termes. Donc:

  • à 16 - 18 semaines, l'indicateur doit être compris entre 73 et 220 ml;
  • à 22-26 semaines - 89-238 ml;
  • à 32-34 semaines - 77-278 ml.

Le polyhydramnios est une pathologie insidieuse, donc si à 34 - 35 semaines, quand ma mère se sent bien, ils mettent la limite supérieure de la norme et recommandent l'hospitalisation, nous devons être d'accord. Cette pathologie doit être constamment surveillée afin d'éviter le pire! Garde cela à l'esprit!

Parfois, le diagnostic de Polyhydramnios est précédé d'un diagnostic de Polyhydramnios modéré. Que veut-il dire? La présence du problème et son évolution lente plutôt que brutale. Autrement dit, la quantité d'eau augmente, mais pas aussi vite qu'elle le pourrait, mais il est temps de corriger la condition.

Lorsqu'une pathologie est identifiée, il est temps de trouver ses causes, car le traitement en dépend. Par conséquent, maman est prescrite:

  • Test de dépistage du diabète gestationnel. Pourquoi? Pour savoir si le glucose est bien absorbé par elle.
  • Chimie sanguine. Juste pour exclure les problèmes maternels (infections, virus).
  • Amniocentose Procédure d'échantillonnage du liquide amniotique pour analyse. Ses résultats sont assez précieux, car il contient les produits vitaux du fœtus, dont l'étude nous permettra de tirer des conclusions sur son état.
  • Le caryotypage. Parfois, elle est effectuée lors de la précédente et vous permet de définir le nombre et la qualité des chromosomes dans les cellules fœtales.

Une cardiotocographie peut être prescrite pour confirmer le diagnostic..

Prévention et traitement

Idéalement, un traitement est prescrit, en fonction de la cause identifiée de la pathologie. Donc:

  • en cas de conflit rhésus, des immunoglobulines sont administrées;
  • infection intra-utérine - prescrire des antibiotiques qui sont autorisés pour les femmes dans une position intéressante;
  • diabète sucré - régime et thérapie supplémentaire pour corriger les niveaux de sucre.

Cependant, en raison d'un tiers des causes inconnues des pathologies, la question de savoir comment traiter les polyhydramnios dans chaque cas ne se pose même pas, car il existe un «schéma universel» pour se débarrasser du problème à coup sûr.

Qu'est-ce que ça veut dire? Que la future femme se voit tout prescrire à la fois:

  • antibiothérapie à large spectre;
  • régime
  • diurétiques
  • préparations de magnésium.

Pour maintenir l'immunité, améliorer l'état général de la mère et du fœtus, des complexes vitaminiques sont également prescrits avec la teneur en vitamines B, C, E.

Dans les cas extrêmes, à 33 - 34 semaines, ils peuvent faire une amniotomie au cours de la pathologie chronique. Il s'agit d'une procédure dans laquelle une bulle est ouverte pour déverser une partie de l'eau. Ainsi, les médecins peuvent se protéger et protéger la femme enceinte d'une rupture dans laquelle les eaux s'écoulent rapidement, entraînant le cordon ombilical ou les membres des miettes et mettant en danger sa vie et sa santé.

Dans les stades ultérieurs, à 36 - 41 semaines, ils peuvent décider de stimuler le travail.

Vous pouvez prévenir tous ces problèmes en planifiant une grossesse (il s'agit d'un examen avant la conception), en subissant régulièrement des examens, en écoutant les recommandations du médecin.

Avis de ceux qui avaient

Sur les forums des jeunes mamans, il y a beaucoup de commentaires concernant les polyhydramnios, y compris modérés. Les femmes écrivent:

«Au cours de la 33e semaine, j'ai eu une infection respiratoire aiguë, en plus il y avait des problèmes avec les reins, et en conséquence nous avons eu des polyhydramnios. Antibiotiques prescrits et rien d'autre jusqu'à présent ».

«Avec ce diagnostic, j'étais à l'hôpital. Il y a eu des antibiotiques pendant 5 jours, CTG deux fois par jour, après quoi ils ont été libérés et on leur a dit d'attendre calmement la livraison ».

"Il y avait des polyhydramnios modérés, aucun traitement n'a été prescrit, a donné naissance à un bébé en bonne santé".

Le fait qu'un pronostic favorable pour les polyhydramnios soit également mis en évidence par les critiques des femmes en couches. Par conséquent, après l'avoir identifié avec vous, ne vous enroulez pas. Écoutez les médecins et tout ira bien!

Causes des polyhydramnios pendant la grossesse, symptômes, risques, pronostic et traitement possible

Le liquide amniotique joue un rôle énorme dans le développement du bébé à naître et le déroulement de l'accouchement. Non seulement l'état du futur bébé, mais aussi la mère dépend de leur quantité et de leur qualité.

Le polyhydramnios, en tant que pathologie obstétricale, n'est pas rare, mais peu de femmes enceintes attachent une importance particulière à cette complication, même si elle, comme toutes les autres déviations du cours physiologique de la grossesse, nécessite, sinon un traitement, une surveillance étroite.

Les conséquences des polyhydramnios sont très graves et peuvent devenir tristes, même la perte d'un enfant à naître.

Pourquoi du liquide amniotique??

Tout le monde sait que la vie sur Terre a d'abord pris naissance dans l'eau, puis est déjà apparue sur terre. L'homme ne fait pas exception et son embryon traverse la période initiale de son existence dans le milieu aquatique, c'est-à-dire dans le liquide amniotique.

Un embryon se développe dans la vessie fœtale (un autre nom est amnios), qui est remplie d'un milieu biologiquement actif - le liquide amniotique, d'une autre manière le liquide amniotique. Le liquide amniotique est d'une grande importance, car il dépend de leur composition quantitative et qualitative si l'existence de l'embryon et le déroulement du travail seront confortables. Le liquide amniotique remplira de nombreuses fonctions différentes.

  • fournit la nutrition au fœtus, en raison des nutriments qu'il contient, que la future personne avale, et dans les premiers stades, ils sont absorbés par la peau.
  • fournit un mode de température optimal et, surtout, à température constante (environ 37 degrés).
  • maintient la pression à l'intérieur de la vessie fœtale, empêche l'écrasement du cordon ombilical et des parties du fœtus.
  • le liquide amniotique protège la future personne des influences mécaniques de l'extérieur (par exemple, les coups à l'estomac) et protège le fœtus des effets du bruit externe.
  • le liquide amniotique contient des immunoglobulines - des anticorps qui empêchent l'infection de l'embryon, et l'eau elle-même est protégée de l'environnement et de diverses infections en raison de l'imperméabilité de la vessie fœtale.
  • le liquide amniotique offre la liberté de mouvement du fœtus dans l'utérus, en particulier dans les premiers stades.

Polyhydramnios: qu'est-ce que cela signifie?

Le polyhydramnios est une condition pathologique qui survient pendant la période de gestation, lorsqu'une quantité excessive de liquide amniotique s'accumule. Par exemple, à 36 semaines de gestation, c'est-à-dire à la fin de la période de gestation, la quantité de liquide amniotique atteint 600 ml - 1,5 litre, puis avec cette pathologie, le volume de liquide amniotique dépasse la norme convenue (1500 - 2000 ml).

La quantité de liquide amniotique est directement liée à l'âge gestationnel et, à mesure qu'elle augmente, le volume d'eau augmente également (voir la calculatrice pour calculer l'âge gestationnel par semaines). Par exemple, en 10 semaines, la quantité d'eau est insignifiante et ne s'élève qu'à 30 ml, et à la 14e semaine, le volume de liquide amniotique atteint déjà 100 ml, etc. La fréquence des polyhydramnios est de 0,3% à 1% de toutes les grossesses enregistrées.

Qu'est-ce que les polyhydramnios

Au cours de son évolution, les polyhydramnios peuvent être à la fois aigus et chroniques. Dans le plan pronostique, les polyhydramnios aigus sont chroniques défavorables et se caractérisent par une augmentation rapide, en plusieurs jours voire plusieurs heures, des symptômes. En règle générale, la pathologie décrite est observée à de courtes périodes de gestation, ce qui nécessite sa cessation immédiate. Si le polyhydramnios est chronique, le volume d'eau augmente progressivement et les symptômes sont plus lissés. Le plus souvent diagnostiqué avec des polyhydramnios chroniques en fin de grossesse.

On distingue trois degrés de gravité des polyhydramnios chroniques:

  • doux, lorsque la quantité de liquide amniotique ne dépasse pas 3000 ml
  • degré modéré - la quantité d'eau est comprise entre 3000 et 5000 ml
  • sévère - si le liquide amniotique dépasse 5 litres (plus fréquent à la fin de la grossesse).

Il existe une autre gradation des polyhydramnios:

  • polyhydramnios relative - ne pose pas de danger et est déterminée par le rapport de la quantité d'eau et de la taille du fœtus;
  • une tendance aux polyhydramnios ou polyhydramnios borderline - la quantité de liquide amniotique correspond à la limite supérieure de la norme;
  • polyhydramnios idiopathiques - la prémisse de son apparition n'est pas connue;
  • polyhydramnios modérés pendant la grossesse - dans ce cas, les manifestations externes sont absentes et le volume d'eau ne «roule» que légèrement;
  • polyhydramnios prononcé - présente des signes caractéristiques de la pathologie décrite, l'estomac se développe rapidement.

Pourquoi les polyhydramnios se produisent

À ce jour, les causes des polyhydramnios chez les femmes enceintes n'ont pas été suffisamment étudiées. Tous les facteurs qui déterminent le développement de cette pathologie sont divisés en 4 groupes:

Facteurs maternels

  • Le diabète sucré, c'est lui qui est responsable de la survenue d'un excès de liquide amniotique dans un quart pour cent du cas.

Périodes importantes de développement fœtal

Complications de grossesse

Les complications de cette grossesse peuvent également provoquer un excès de liquide amniotique. Ceux-ci inclus:

Facteurs fruitiers

  • diverses anomalies du développement du fœtus (contagion œsophagienne, maladies chromosomiques, pathologie du système urinaire, cerveau, immobilité du fœtus, etc.)
  • grossesse multiple, le plus souvent, l'un des fœtus développe des polyhydramnios, et l'autre a un manque d'eau en raison du développement du syndrome de transfusion fœto-fœtale
  • gros fruit

Les polyhydramnios idiopathiques se produisent sans raison

Le mécanisme de développement des polyhydramnios est une violation de l'échange de liquide amniotique. Cet échange est l'allocation et la consommation de liquide amniotique. Si à courte gestation l'amnios ne sécrète que du liquide, alors dans les stades ultérieurs, le remplacement du liquide amniotique se produit à travers le placenta amniotique. Et toute pathologie de celui-ci entraîne une modification du volume d'eau. La quantité de sécrétion amniotique augmente également en raison de l'urine que le fœtus sécrète, et son absorption s'effectue par les poumons et le tube digestif du bébé.

  • Par conséquent, toute pathologie du fœtus associée au tractus gastro-intestinal
  • système urinaire
  • poumons, conduit à une perturbation des échanges d'eau.

Tableau clinique des polyhydramnios

Les manifestations de polyhydramnios sont associées à la fois à la gravité et à l'évolution de la maladie.

Polyhydramnios aigus

Comme précédemment écrit, les polyhydramnios aigus sont plus sévères et le tableau clinique est prononcé. Les polyhydramnios aigus surviennent souvent au cours du deuxième trimestre, de l'ordre de 16 à 20 semaines. Les symptômes augmentent en quelques heures. Une femme note une forte augmentation de l'abdomen, des douleurs et des lourdeurs dans le bas-ventre et dans le périnée, un essoufflement prononcé, etc..

Polyhydramnios chroniques

Le tableau clinique des polyhydramnios chroniques est plus effacé. Étant donné que l'accumulation d'eau se produit progressivement, les manifestations de cette pathologie ne se produisent pas immédiatement. Chez certaines femmes enceintes, les signes de polyhydramnios sont généralement absents, et une quantité excessive d'eau est détectée par hasard, lors de la prochaine échographie. Les polyhydramnios chroniques surviennent généralement entre 30 et 33 semaines de gestation. Ses signes, tout d'abord, sont:

  • l'inadéquation de la taille de l'abdomen avec la grossesse, c'est-à-dire que la hauteur de la position debout du bas de l'utérus et la circonférence de l'abdomen est plus que la normale.
  • le médecin écoute le rythme cardiaque fœtal sourd, qui est associé à un excès de liquide amniotique, ce qui complique l'auscultation. La femme enceinte elle-même peut remarquer des mouvements et une mobilité trop actifs du fœtus, qui lors de la palpation sont détectés comme une position incorrecte du bébé (présentation pelvienne, position transversale ou oblique).
  • les femmes peuvent se plaindre:
    • essoufflement même après un léger effort physique (l'utérus «soutient» le diaphragme)
    • brûlures d'estomac
    • tachycardie soudaine
    • accès de faiblesse
    • un gonflement persistant des jambes est caractéristique
    • douleur ou lourdeur dans le bas-ventre
    • en raison d'une augmentation de l'abdomen, de multiples vergetures de grossesse (stries) apparaissent sur la paroi abdominale.

Lors de l'examen et de la palpation de l'abdomen, le médecin note sa tension, la mobilité du fœtus et la partie haute.

Diagnostique

Le médecin peut soupçonner des polyhydramnios sur la base des données d'examen (taille abdominale, position / présentation anormale du fœtus, battements cardiaques sourds) et de la présence de plaintes.

  • Pour confirmer le diagnostic, une échographie est obligatoire, à l'aide de laquelle l'indice du liquide amniotique (IAI abrégé) est calculé. La méthode de calcul IAI est la valeur sommée de toutes les «poches», c'est-à-dire les endroits libres de petites parties du fœtus et du cordon ombilical dans quatre quadrants de la cavité utérine.
  • L'indice de liquide amniotique est la référence pour établir la pathologie du liquide amniotique.
  • Les données IAI sont modifiées quotidiennement (l'eau est remplacée toutes les 3 heures).
  • L'IAI calculé est comparé aux paramètres physiologiques pour une période de gestation donnée (il y a un tableau spécial).
L'âge gestationnelIndice de liquide amniotique, cm
5 centiles50 centile95 centile
14 semaines2,85,08.6
16 semaines3.65.89,6
18 semaines4.66.811.1
20 semaines5.58.012,9
22 semaines6.39.314,9
24 semaines7.010,716,9
26 semaines7,512,018,7
28 semaines7.613,019,9
30 semaines7,513,620,6
32 semaines7.113,620,4
34 semaines6,412,919,4
36 semaines5,611,817,9
38 semaines4.710,315,9
40 semaines3,78.613,9

En plus de l'examen et de l'échographie, la femme est soumise aux tests suivants

  • glycémie (exclusion / confirmation du diabète sucré);
  • frottis vaginal sur la microflore;
  • réaction en chaîne de la polymérase (frottis sanguins ou vaginaux) aux infections TORCH;
  • tests cliniques de sang et d'urine;
  • sang pour les anticorps (si le sang rhésus chez une femme est négatif);
  • cardiotocographie, dopplerométrie pour surveiller l'état du fœtus.

Si une femme enceinte subit un traitement dans un hôpital, elle est mesurée quotidiennement sur son estomac, le rythme cardiaque fœtal est entendu et sa position est déterminée.

Traitement

Comment traiter les polyhydramnios pendant la grossesse dépend de la cause qui l'a provoqué. Toutes les femmes atteintes de cette pathologie, en particulier de degré modéré à sévère, sont hospitalisées dans le service de pathologie des femmes enceintes.

  • Dans le cas du diabète sucré gestationnel, le traitement des polyhydramnios consiste à corriger le glucose dans le sang, et si une incompatibilité immunologique au Rh est détectée, un traitement approprié est effectué (traitement ou prévention des maladies hémolytiques de l'enfant à naître).
  • Cependant, dans la plupart des cas, la cause des polyhydramnios reste indéterminée, alors la thérapie vise à normaliser le flux sanguin utéro-placentaire:
    • agents antiplaquettaires: carillons, trental
    • tocolitique: ginipral, partusisten
    • antispasmodiques: papavérine, nosh-pa
    • l'introduction de vitamines est montrée (acide ascorbique, vitamine E, vitamines B)
    • actovegin
    • il existe des preuves de la faisabilité de la prescription d'indométacine dans des comprimés contenant des polyhydramnios.
  • Qu'une infection ait été détectée ou non lors de l'examen, une antibiothérapie doit être prescrite à une femme, tandis qu'une large gamme de médicaments macrolides est utilisée (érythromycine, josamycine et autres).
  • En cas de degré sévère de polyhydramnios, l'amniocentèse est réalisée par ponction de la paroi abdominale, insertion d'une aiguille dans la cavité utérine et prélèvement d'une certaine quantité d'eau.

Complications

Quel est le danger des polyhydramnios pendant la grossesse? - une question similaire intéresse toutes les femmes atteintes de cette pathologie.

  • Premièrement, les polyhydramnios, particulièrement aigus, sont dangereux pour l'interruption de grossesse, qui est réalisée artificiellement pour des raisons médicales jusqu'à 28 semaines.
  • De plus, les polyhydramnios provoquent souvent une naissance prématurée (un utérus recouvert d'eau et une vessie fœtale tendue provoquent une ouverture du pharynx utérin et une contraction de l'utérus), un écoulement prénatal de l'eau, des saignements dans les 2 premières heures après l'accouchement et dans la période suivante (en raison d'une contractilité utérine altérée).
  • En outre, les polyhydramnios, en particulier pendant l'accouchement, peuvent provoquer un décollement prématuré du placenta, ce qui sert d'indication pour une césarienne d'urgence. Pendant l'écoulement de l'eau, de petites parties du bébé ou du cordon ombilical peuvent tomber, ce qui signifie également une urgence et une intervention chirurgicale.
  • En raison de la forte activité motrice du fœtus, sa position / présentation incorrecte et l'enchevêtrement du cordon sont souvent observés.
  • Avec les polyhydramnios, l'approvisionnement en sang utéro-placentaire est perturbé, ce qui entraîne une hypoxie intra-utérine et un retard du développement fœtal.
  • La gestose avec polyhydramnios est beaucoup plus fréquente que dans d'autres cas, ainsi que l'hypertension artérielle et les vomissements indomptables.
Up